Société Centrale d’Apiculture

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

La Société Centrale d’Apiculture (S.C.A.) a été créée il y a plus de 150 ans pour contribuer à la survie de l’Abeille, en luttant contre les pratiques apicoles ancestrales (étouffage) qui conduisaient pratiquement à détruire les colonies fortes et donc à favoriser la pérennité des souches génétiquement les plus faibles.

Reconnue d’utilité publique en Mars 1900, la S.C.A. a fortement contribué à l’interdiction de ces pratiques au début du XXe siècle.

Organisatrice de plusieurs expositions et congrès, elle est à l’origine de la création de nombreux groupements apicoles.

La S.C.A. qui s’est donné pour objectif la diffusion des connaissances scientifiques et leur vulgarisation, n’a jamais cessé sa mission de formation des adultes au Rucher École du Jardin du Luxembourg et plus récemment, des enfants au Rucher Pédagogique du Parc Georges Brassens.

Depuis plusieurs dizaines d’années, l’Abeille est menacée par les pesticides abondamment utilisés en agriculture intensive, et aujourd’hui par l’introduction dans notre environnement des plantes génétiquement modifiées (O.G.M.) dont les conséquences pourraient se révéler catastrophiques pour les insectes pollinisateurs et par voie de conséquence pour l’Homme.

La reconnaissance du rôle essentiel de l’Abeille dans les écosystèmes et dans la préservation des équilibres naturels est désormais au cœur des préoccupations de notre association.

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

en savoir plus…
abeilleProtégez-moi!
Diminuer la police Revenir à la taille par défaut Augmenter la police

Justine, petite princesse des abeilles


Thierry Duroselle

Justine est une petite fille de 5 ans qui s’est prise de passion pour les abeilles. Elle est rentrée à l’école maternelle voici presque deux mois maintenant et sa maîtresse lui a demandé de parler des abeilles. Car Justine possède un joli livre qui raconte aux enfants de son âge toute la vie de l’abeille dans la ruche. C’est son Papa qui le lui a offert et qui le lui lit le soir avant qu’elle ne s’endorme.
Justine sait par exemple qu’il y a une reine avec beaucoup d’abeilles et des mâles qu’elle appelle très justement les faux-bourdons. Elle sait aussi que les abeilles font du miel avec le nectar, qu’elles récoltent du pollen et aussi que les butineuses dansent pour indiquer à leurs soeurs où se trouvent les champs de fleurs. Le jour où Justine a parlé des abeilles dans sa classe, elle est venue avec un pot de miel et un morceau de rayon bien operculé que son oncle lui avait mis dans un bocal à confitures. Tous ses petits camarades de classe ont pu ainsi admirer le travail des abeilles qui avaient construit de si jolies cellules au dessin bien régulier. Et tous ensemble, ils ont goûté ce miel frais avec la cire, un peu comme un bonbon que l’on laisse fondre sur la langue.

Après cela, Justine a voulu voir de vraies abeilles et son oncle lui a conseillé alors de venir au rucher du parc Georges Brassens le jour de la fête du miel. Et c’est ainsi que, par un beau dimanche d’octobre, accompagnée de son Papa et de sa Maman, de son frère Maxime et de sa petite sœur Clara ainsi que de ses cousins Émilie et Jules, elle a pu observer la belle organisation au travers de la ruche vitrée.

Elle a vu toutes ces ouvrières qui rentrent et qui sortent de la ruche en volant dans le ciel bleu au dessus de sa tête. Ensuite, comme toute sa famille, elle a mis un chapeau blanc avec un voile noir pour regarder l’apiculteur muni de son enfumoir ouvrir la ruche. Un peu de fumée à la porte d’entrée, un peu de fumée au dessus des cadres pour que les abeilles soient bien sages. L’apiculteur a sorti un par un les cadres couverts de toutes ces petites abeilles brunes.

Et tout d’un coup, Justine a vu la reine au milieu de ces milliers d’ouvrières. Quelle chance et quelle joie de pouvoir admirer tout ce petit monde et cette belle reine avec sa petite tache jaune sur le dos.

Peut-être un jour, Justine deviendra-t-elle apicultrice ?
Ce qui est sûr, c’est qu’à son âge elle sait déjà regarder le monde qui l’entoure, riche de nombreux animaux comme ces abeilles qui fabriquent le miel. Demain sans doute saura-t-elle observer la nature dans toute sa beauté et sa diversité surtout si, dès maintenant, tous les adultes qui l’entourent savent la préserver.



Société Centrale d'Apiculture - Réalisation et conception Polygoon Design © 2008

Dernière mise à jour du site : vendredi 13 octobre 2017

À propos de ce site - Sauf mention contraire, le contenu de ce site est sous contrat Creative Commons :
Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification