Société Centrale d’Apiculture

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

La Société Centrale d’Apiculture (S.C.A.) a été créée il y a plus de 150 ans pour contribuer à la survie de l’Abeille, en luttant contre les pratiques apicoles ancestrales (étouffage) qui conduisaient pratiquement à détruire les colonies fortes et donc à favoriser la pérennité des souches génétiquement les plus faibles.

Reconnue d’utilité publique en Mars 1900, la S.C.A. a fortement contribué à l’interdiction de ces pratiques au début du XXe siècle.

Organisatrice de plusieurs expositions et congrès, elle est à l’origine de la création de nombreux groupements apicoles.

La S.C.A. qui s’est donné pour objectif la diffusion des connaissances scientifiques et leur vulgarisation, n’a jamais cessé sa mission de formation des adultes au Rucher École du Jardin du Luxembourg et plus récemment, des enfants au Rucher Pédagogique du Parc Georges Brassens.

Depuis plusieurs dizaines d’années, l’Abeille est menacée par les pesticides abondamment utilisés en agriculture intensive, et aujourd’hui par l’introduction dans notre environnement des plantes génétiquement modifiées (O.G.M.) dont les conséquences pourraient se révéler catastrophiques pour les insectes pollinisateurs et par voie de conséquence pour l’Homme.

La reconnaissance du rôle essentiel de l’Abeille dans les écosystèmes et dans la préservation des équilibres naturels est désormais au cœur des préoccupations de notre association.

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

en savoir plus…
abeilleProtégez-moi!
Diminuer la police Revenir à la taille par défaut Augmenter la police

La ruche mixte de Rodolphe Leroy


Thierry Duroselle

Les vieilles maisons de famille renferment souvent des vrais petits trésors. Cela vaut bien sûr pour le matériel apicole qui a connu un certain nombre de révolutions au cours des décennies passées. Toutes les techniques utilisées par nos parents comme les ruches en paille hémisphériques ont fait place aux ruches divisibles à cadres en bois (voire en plastique). De même tout le matériel de travail du miel a vu l’arrivée progressive de l’acier inoxydable. Mais on avait pas toujours le cœur à jeter le matériel qui avait rendu de bons services, alors on le rangeait à la cave ou au grenier en pensant qu’un jour peut-être il pourrait reprendre du service.

J’ai pu vérifier cela il y a peu de temps en allant visiter des amis du côté de Soissons. Mon hôte connaissait mon intérêt pour l’apiculture et il me proposa d’aller rechercher une ruche qu’il avait vue quelque part dans la maison. Nous voilà donc partis à la recherche de l’objet, mais les morceaux étaient éparpillés et il a fallu un peu de temps pour rassembler le puzzle.

Finalement nous avons pu reconstituer la ruche avec son plancher son corps rond, son chapiteau conique et sa capuche de paille (voir photo 1). Le corps comme le toit portaient les mentions suivantes « Ruche mixte cylindrique - LEROY R. - marque déposée - Breveté S.G.D.G. » (voir photo 2).

PNG - 826 ko
1-Ruche mixte R. Leroy avec son chapeau et son toit de paille
(cliché T. Duroselle)
PNG - 796.5 ko
2-Détail des gravures ruche R. Leroy
(cliché T. Duroselle)
PNG - 397.4 ko
3-Page de couverture du livre de R. Leroy publié en 1946
(cliché T. Duroselle)

Ces indications jointes à l’aide précieuse des moteurs de recherche Internet me permirent de remonter à Rodolphe LEROY qui écrivit en 1946 un livre intitulé « Les abeilles et la ruche mixte » (voir photo 3) où il expliquait la conception de sa ruche mixte et sa vision de l’apiculture. La ruche se compose de plusieurs éléments facilement séparables les uns des autres. C’est tout d’abord un plancher en bois à deux entrées avec une rigole joignant l’une à l’autre. Puis vient un corps de ruche cylindrique appelé aussi « chambre à couvain » aux dimensions suivantes : diamètre intérieur 40 cm, hauteur 33 cm avec des parois de 5 cm d’épaisseur.
Comme on peut l’observer sur la photo 4, ces parois sont formées de 2 feuilles de peuplier déroulé qui maintiennent de la paille pressée non écrasée placée verticalement avec, à intervalle régulier, des renforts de bois, le tout étant cerclé de quelques solides fils de fer (ici à peine rouillés).
La partie supérieure de ce nid à couvain est fermé par un plafond dans lequel est pratiqué une ouverture carrée munie de barrettes triangulaires sur lesquelles les abeilles fixent leurs rayons. Cette ouverture offre en outre une découpe aux mesures de la hausse qui peut être intercalée entre le corps et le chapiteau au moment des fortes miellées.
L’idée de R. Leroy est que les paniers en paille tressée et de section circulaire offrent aux abeilles l’habitat idéal tant sur le plan du développement de la colonie que de son hygiène y compris pendant la période d’hivernage. Sur ce corps s’adapte un chapiteau prolongé par une poignée de bois. Il est creux et muni de deux croisillons car il est destiné à recevoir des provisions de miel (voir photo 5).
En effet, ce dôme est une sorte de magasin additionnel où les abeilles peuvent entreposer environ 5 kg de miel constituant ainsi une réserve permanente. Au dessus de ce dôme une capuche de longues fibres de paille vient s’adapter comme un toit de chaume afin de renforcer l’étanchéité hydrique et thermique (voir photo 1).

PNG - 871.8 ko
4-Détail plancher
(cliché T. Duroselle)
PNG - 795 ko
5-Détail ouverture carrée
(cliché T. Duroselle)

Photos 4 et 5 : quelques détails de la ruche : le plancher avec ses deux ouvertures et sa rigole, le remplissage de paille, les armatures en bois et en fil de fer, l’ouverture carrée du plafond et l’intérieur du chapiteau avec ses croisillons.

Cependant, au regard de la littérature, il manque deux pièces importantes à la ruche de mon ami. Pour renforcer la solidité des rayons construits dans le corps de ruche, quatre croisillons en bois disposés en deux croix opposées étaient fixés, l’un au tiers supérieur et l’autre au tiers inférieur du cylindre. Chacun des croisillons prenait appui sur l’intersection formée par les armatures et les cerceaux métalliques.

PNG - 120.4 ko
6-Dessin ruche avec hausse

Par ailleurs, nous n’avons pas retrouvé de hausse qui pouvait s’intercaler entre le corps et le chapiteau (voir dessin ci-contre). Cependant R. Leroy explique que les hausses utilisées étaient de section carrée (31 cm x 31 cm) avec une hauteur de 18,5 ou 13,5 cm selon les cas chacune comprenant huit cadres de type Layens. Une fois la miellée terminée et la hausse retirée, le dôme avec sa provision de miel additionnelle était replacé sur le corps de la ruche en vue de l’hivernage.

Au delà du côté sympathique et amical de cette reconstitution d’une ruche mixte, on peut souligner quelques points intéressants des observations de Rodolphe Leroy à propos de sa ruche :
- selon lui, le choix des matériaux comme le bois et la paille (il parle aussi dans son livre de fibrociment dont on sait qu’il contient de l’amiante) et des formes (ronde, cylindrique, en cloche) respecteraient le mieux les colonies d’abeilles,
- la volonté de ne pas imposer pour le nid à couvain la structure rigide des caisses carrées ou rectangulaires et des cadres, mais plutôt de favoriser une construction naturelle des rayons.
- Avant de placer la première hausse, il fallait assurer un minimum de provisions soit pour les périodes de disette ou pour les longs mois d’hiver, et le chapiteau était la façon originale de répondre à cette question sans avoir recours aux nourrissements au sucre.
- La hausse mobile avait été astucieusement intégrée à l’ensemble afin de permettre aux apiculteurs un travail de récolte du miel plus aisé avec l’emploi d’un extracteur et de ce fait la possibilité de travailler un plus grand nombre de colonies. Cela permettait en outre le réemploi des cadres déjà façonnés au printemps suivant « donnant ainsi aux abeilles une avance considérable leur permettant de passer immédiatement à l’emmagasinement du miel, au lieu de dépenser le plus précieux de leurs efforts à construire de nouveaux rayons ».

On retrouve donc dans cette pratique de la ruche mixte (combinaison de fixité et de mobilité) un besoin de favoriser un développement le plus naturel (écologique ?) possible comme c’est le cas avec la ruche Warré par exemple. Mais à cette époque il n’était pas question de Varroa destructor et de ses ravages dans les ruchers. Il est vrai aussi que de nos jours, la « divisibilité » des ruches favorise une meilleure préparation et surtout une meilleure surveillance des colonies.



Société Centrale d'Apiculture - Réalisation et conception Polygoon Design © 2008

Dernière mise à jour du site : vendredi 3 mars 2017

À propos de ce site - Sauf mention contraire, le contenu de ce site est sous contrat Creative Commons :
Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification