Société Centrale d’Apiculture

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

La Société Centrale d’Apiculture (S.C.A.) a été créée il y a plus de 150 ans pour contribuer à la survie de l’Abeille, en luttant contre les pratiques apicoles ancestrales (étouffage) qui conduisaient pratiquement à détruire les colonies fortes et donc à favoriser la pérennité des souches génétiquement les plus faibles.

Reconnue d’utilité publique en Mars 1900, la S.C.A. a fortement contribué à l’interdiction de ces pratiques au début du XXe siècle.

Organisatrice de plusieurs expositions et congrès, elle est à l’origine de la création de nombreux groupements apicoles.

La S.C.A. qui s’est donné pour objectif la diffusion des connaissances scientifiques et leur vulgarisation, n’a jamais cessé sa mission de formation des adultes au Rucher École du Jardin du Luxembourg et plus récemment, des enfants au Rucher Pédagogique du Parc Georges Brassens.

Depuis plusieurs dizaines d’années, l’Abeille est menacée par les pesticides abondamment utilisés en agriculture intensive, et aujourd’hui par l’introduction dans notre environnement des plantes génétiquement modifiées (O.G.M.) dont les conséquences pourraient se révéler catastrophiques pour les insectes pollinisateurs et par voie de conséquence pour l’Homme.

La reconnaissance du rôle essentiel de l’Abeille dans les écosystèmes et dans la préservation des équilibres naturels est désormais au cœur des préoccupations de notre association.

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

en savoir plus…
abeilleProtégez-moi!
Diminuer la police Revenir à la taille par défaut Augmenter la police

Voyage au pays de la Carniolienne


Lamia Kias et Michel Ricard
PNG - 13 ko
Carte de la Slovénie
Source Wikipédia

En ce début de juin la Société Centrale d’Apiculture, comme à l’accoutumée, organisait son voyage annuel. Cette année 2010 nous permit de vivre une sortie vraiment exceptionnelle. Nous avons levé le cap vers l’est, vers l’Europe Centrale, plus précisément vers la Slovénie.

Il était 22h quand notre avion atterrit sur le tarmac de l’aéroport international de Ljubljana. Ce soir là il faisait très doux, ce qui était un bon présage.

Dimitri notre charmant guide et Mirco notre chauffeur nous y attendaient. Nous étions trente six venus d’horizons très différents ; certains participaient à ce voyage annuel depuis plus de trente ans, pour d’autres c’était la première fois. Nous étions tous animés par la passion de cette « petite chose » qu’est l’abeille, ainsi que par la curiosité et l’envie de découvrir un maximum d’éléments sur l’abeille Carniolienne, symbole du pays.

Le lendemain, ʺà tout seigneur tout honneurʺ, nous commençons notre périple par la visite à Radovljica du musée de l’apiculture slovène.

JPEG - 8.3 ko
Anton Jansa
(cliché Lamia Kias)

Ce musée est dédié à Anton JANŠA, quel est donc cet apiculteur illustre ? Anton Janša, est considéré comme le père de l’apiculture en Slovénie.
Il est né en 1734 dans le petit village de Breznica, à côté de Bled. Dans sa jeunesse il peignait, travaillait à la ferme parentale et pratiquait déjà très tôt l’élevage des abeilles. Certains destins illustres se dessinent dès le plus jeune âge.
Pour acquérir une meilleure éducation il partit à Vienne, où s’achevèrent en 1769, avec mention honorable, ses études à l’école de peinture.
Mais Janša ne devint pas peintre, comme ses frères, la vie lui réservait un autre destin.
L’impératrice Marie-Thérèse avait installé à Vienne une école d’apiculture, Janša en devint le premier maître.
Sa profonde connaissance de la vie des abeilles, acquise dans sa ville natale, son don d’observation et sa sagacité naturelle l’ont aidé à devenir célèbre en tant qu’excellent théoricien et praticien expert dans le domaine apicole.
Il écrivit deux livres en langue allemande, dans lesquels il énonçait plusieurs affirmations qui, à cette époque, semblaient vraiment incroyables.

Par exemple :
- les faux bourdons ne sont pas une sorte de porteurs d’eau comme on le pensait généralement, mais plus exactement les mâles nécessaires pour la fécondation des jeunes reines.
- la reine est la mère de tous les êtres vivants dans la ruche, même des faux bourdons et, lors de l’essaimage, c’est la vieille reine qui quitte la ruche.


Il s’aventurait également dans le domaine des maladies en affirmant qu’il était possible de guérir les abeilles contaminées par la pourriture en les mettant dans une autre ruche et en les laissant souffrir de la faim pendant quelques jours. Cette méthode serait encore utilisée de nos jours.
Anton Janša décède très jeune à l’âge de 39 ans à Vienne où il fut enterré. Il reste un exemple pour les apiculteurs slovènes mais aussi autrichiens, qui, chaque année, décernent le prix JANŠA aux apiculteurs privés et aux associations pour leur travaux dans le cadre apicole.

Ce musée de l’abeille renferme de très belles pièces. Ruches avec façades très richement décorées où les scènes bibliques sont dominantes. La tradition veut que ces décorations multicolores soient destinées à remercier le seigneur pour ce don du miel que leur faisaient les abeilles. Des scènes de la vie quotidienne étaient aussi représentées. Les apiculteurs aisés confiaient la réalisation de ces décorations à des peintres professionnels. Certaines ruches étaient même sculptées.
Et rien n’était de trop beau pour l’abeille, puisque nous trouvons des ruches en forme de soldats, de berceau, etc…Tout ceci laissant deviner que l’apiculteur slovène avait beaucoup d’humour et était très créatif.

Le musée nous fait aussi découvrir le matériel utilisé à travers les âges. Tout ce dont l’homme dans cette région du monde a usé pour choyer ses abeilles. Produit directement dérivé du miel, le pain d’épice possède son propre musée tout à côté. Une petite dégustation s’imposait. Cela nous permit d’apprendre que ce pain d’épices a une place particulière dans la société slovène. Selon la tradition, l’attention que porte un prétendant à sa dulcinée se mesure à la taille du gâteau de pain d’épice qu’il lui offre.
Au delà des mariages, le pain d’épice est présent dans toutes les cérémonies.

Portfolio

Brdo : centre de l'apiculture slovène Anton Tomec Notre groupe chez nos amis apiculteurs de Verjez


Société Centrale d'Apiculture - Réalisation et conception Polygoon Design © 2008

Dernière mise à jour du site : vendredi 13 octobre 2017

À propos de ce site - Sauf mention contraire, le contenu de ce site est sous contrat Creative Commons :
Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification