Société Centrale d’Apiculture

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

La Société Centrale d’Apiculture (S.C.A.) a été créée il y a plus de 150 ans pour contribuer à la survie de l’Abeille, en luttant contre les pratiques apicoles ancestrales (étouffage) qui conduisaient pratiquement à détruire les colonies fortes et donc à favoriser la pérennité des souches génétiquement les plus faibles.

Reconnue d’utilité publique en Mars 1900, la S.C.A. a fortement contribué à l’interdiction de ces pratiques au début du XXe siècle.

Organisatrice de plusieurs expositions et congrès, elle est à l’origine de la création de nombreux groupements apicoles.

La S.C.A. qui s’est donné pour objectif la diffusion des connaissances scientifiques et leur vulgarisation, n’a jamais cessé sa mission de formation des adultes au Rucher École du Jardin du Luxembourg et plus récemment, des enfants au Rucher Pédagogique du Parc Georges Brassens.

Depuis plusieurs dizaines d’années, l’Abeille est menacée par les pesticides abondamment utilisés en agriculture intensive, et aujourd’hui par l’introduction dans notre environnement des plantes génétiquement modifiées (O.G.M.) dont les conséquences pourraient se révéler catastrophiques pour les insectes pollinisateurs et par voie de conséquence pour l’Homme.

La reconnaissance du rôle essentiel de l’Abeille dans les écosystèmes et dans la préservation des équilibres naturels est désormais au cœur des préoccupations de notre association.

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

en savoir plus…
abeilleProtégez-moi!
Accueil enfumoir L’Association enfumoir Publications et éditions enfumoir Parutions dans les revues (...) enfumoir Parutions 2011 enfumoir L’an 2 du rucher de l’Institut des Jeunes Sourds de Paris
Diminuer la police Revenir à la taille par défaut Augmenter la police

L'an 2 du rucher de l'Institut des Jeunes Sourds de Paris


T. Duroselle

L’année 2009 avait vu l’installation de trois ruches et l’inauguration au mois de juin d’un rucher pédagogique dans l’enceinte de l’Institut National de Jeunes sourds de Paris (INJS). Rappelons que ce rucher était destiné principalement à des élèves de 6ème en difficulté scolaire. Ce projet leur permettait d’abord de mettre en lien les apprentissages des Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) et leur application pratique. La construction du rucher, son entretien, la récolte du miel étaient également des activités très valorisantes pour des jeunes qui sont souvent à l’école en en situation d’échec. Enfin les élèves et les professeurs partageaient des moments plus privilégiés autour de cet atelier qui permettaient d’instaurer une relation pédagogique différente. Cette première saison s’était terminée en fanfare avec l’attribution d’une médaille d’or au concours de miels d’île de France dans la catégorie « miels de tilleuls ».
Pour finir l’année en beauté, l’I.N.J.S. avait organisé une fête du miel à la mi-décembre où se combinèrent les premiers flocons de neige, le dernier jour d’école, la distribution de crêpes, la vente du miel et la présentation des différentes étapes du « Projet Ruches ».

JPEG - 80.8 ko
Les ruches sous la neige
cliché T. Duroselle

Le « crêpier », installé dans un élégant petit chalet en bois construit par l’atelier de menuiserie, délivra pas moins de 300 crêpes aromatisées de 4 kg du « miel de Saint-Jacques ». Dans le même temps, les élèves ayant participé au « Projet Ruches » présentèrent devant les élèves du lycée, du collège et les professionnels de l’Institut réunis dans la salle des fêtes le travail accompli au cours de l’année : de la ruche en bois brut au pot de miel prêt à être consommé. Chaque élève exprima à sa manière, sa perception des activités réalisées et de l’expérience acquise au cours de ces six mois de travail en commun.

Le projet initial consistait à mettre une première série de trois ruches et à augmenter progressivement le rucher au fil des années jusqu’à doubler le nombre de colonies. Cependant l’hiver assez rude que connut Paris, perturba un peu ce plan. Les colonies, quoique bien préparées à l’hivernage, ne supportèrent pas les froids tardifs ce qui obligea à recevoir de nouvelles colonies au printemps.

JPEG - 144.7 ko
mise en place des nouvelles colonies avec les élèves au printemps 2010
cliché A. Boucard

Cependant, l’atelier de menuiserie s’était mis au travail pour fournir deux nouvelles ruches au début de l’année 2010. Dès la rentrée, la direction de l’Institut, mesurant l’importance de ce projet, avait décidé d’allouer un local dans le lycée technique afin d’offrir un lieu pédagogique adapté et une miellerie pour cette activité un peu atypique dans un pareil établissement. Et les nouveaux élèves de 6ème apprirent à leur tour les subtilités du filage des cadres, de la décoration des ruches, du suivi des colonies d’abeilles, de la récolte et de la mise en pots du miel.

La récolte 2010 est maintenant en pots prête à être distribuée. En attendant la fête du miel prévue comme l’an passé à la fin de l’année (et l’on parle à nouveau d’une dégustation de crêpes au miel), d’autres activités se mettent place. Par exemple, la fabrication de bougies à partir de la cire des abeilles offrira une idée originale de cadeaux de Noël. Il faut aussi penser à l’entretien du matériel. Au printemps, il est prévu de fabriquer des petits abris (bois creux, tiges végétales…) qui pourront servir de refuges aux abeilles sauvages qui peuplent le magnifique jardin de l’INJS.
Une deuxième année se termine donc, riche d’enseignements pour tous. Les élèves d’abord qui se sont pris d’intérêt pour les abeilles. Ils n’en ont pas peur et savent rapidement adopter les gestes simples qui permettent de les côtoyer sans dommage (voile de protection, enfumage correct avant ouverture, attitude calme devant la ruche ouverte…). Ils montrèrent également une vraie patience pour tous les travaux techniques (filages des cadres, pose de la cire gaufrée, peinture…).

Il est aussi intéressant de noter que le groupe pilote, constitué de deux professeurs, du jardinier et de la responsable de la communication, a su faire vivre le projet au sein de l’INJS. Certains métiers se sont directement investis dans la réalisation de matériel comme il a déjà été mentionné pour la menuiserie mais également de l’atelier de métallerie. Maintenant, au hasard des rencontres dans cette noble institution, il est fréquent d’engager une conversation autour du travail des élèves, de la vie des abeilles dans le jardin, de la qualité du miel de Saint-Jacques, du problème général de la disparition des abeilles… Ce qui montre que le projet continue de vivre de façon dynamique au sein de l’établissement et que les abeilles sont maintenant adoptées de tous.



Société Centrale d'Apiculture - Réalisation et conception Polygoon Design © 2008

Dernière mise à jour du site : vendredi 3 mars 2017

À propos de ce site - Sauf mention contraire, le contenu de ce site est sous contrat Creative Commons :
Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification