Société Centrale d’Apiculture

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

La Société Centrale d’Apiculture (S.C.A.) a été créée il y a plus de 150 ans pour contribuer à la survie de l’Abeille, en luttant contre les pratiques apicoles ancestrales (étouffage) qui conduisaient pratiquement à détruire les colonies fortes et donc à favoriser la pérennité des souches génétiquement les plus faibles.

Reconnue d’utilité publique en Mars 1900, la S.C.A. a fortement contribué à l’interdiction de ces pratiques au début du XXe siècle.

Organisatrice de plusieurs expositions et congrès, elle est à l’origine de la création de nombreux groupements apicoles.

La S.C.A. qui s’est donné pour objectif la diffusion des connaissances scientifiques et leur vulgarisation, n’a jamais cessé sa mission de formation des adultes au Rucher École du Jardin du Luxembourg et plus récemment, des enfants au Rucher Pédagogique du Parc Georges Brassens.

Depuis plusieurs dizaines d’années, l’Abeille est menacée par les pesticides abondamment utilisés en agriculture intensive, et aujourd’hui par l’introduction dans notre environnement des plantes génétiquement modifiées (O.G.M.) dont les conséquences pourraient se révéler catastrophiques pour les insectes pollinisateurs et par voie de conséquence pour l’Homme.

La reconnaissance du rôle essentiel de l’Abeille dans les écosystèmes et dans la préservation des équilibres naturels est désormais au cœur des préoccupations de notre association.

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

en savoir plus…
abeilleProtégez-moi!
Accueil enfumoir L’Association enfumoir Publications et éditions enfumoir Dans les revues apicoles et (...) enfumoir Parutions 2011 enfumoir Les fêtes du miel au Jardin du Luxembourg, au Parc G. Brassens en 2010 et ruches à Radio France
Diminuer la police Revenir à la taille par défaut Augmenter la police

Les fêtes du miel au Jardin du Luxembourg, au Parc G. Brassens en 2010 et ruches à Radio France


Jardin du Luxembourg

Patrick Maguin

La fête du miel au Jardin du Luxembourg les 25 & 26 septembre 2010

Le temps n’est pas au beau pour cette fête du miel au Jardin du Luxembourg. Tôt le matin, les amateurs attendent patiemment l’ouverture du stand pour acheter leur miel et d’autres articles, nonnettes, bonbons, livres… Tout est vendu pendant le week-end, un grand bravo à nos « reines » qui ont tenu le stand sans interruption, sans jamais se départir de leur sourire et de leur bonne humeur.

Les auditeurs de l’année sont venus en nombre pour répondre (brillamment) aux questions des visiteurs. Ceux-ci sont toujours curieux et intéressés par la vie de nos abeilles. Témoin le succès des panneaux pédagogiques accrochés sur les barrières, qui attirent beaucoup de passants et génèrent beaucoup de questions, parfois très poétiques venant des enfants. Ainsi Dominique s’est vu demander par un jeune visiteur : « tu les connais toutes les abeilles ?
– c’est difficile, il y en a plus d’un million ici.
– ben tu leur mets à chacune une étiquette avec leur nom. »
Il va y avoir du boulot !

Enfin la présence des « anciens » de la SCA et de son président, venus donner un coup de main aux « jeunots » du Luco contribue à la bonne ambiance et à la réussite de cette journée.

Allez ! À l’année prochaine. Les 24 et 25 septembre 2011 au Luco, pour goûter la nouvelle récolte !

PDF - 1.8 Mo
Affiche Fête du miel au Jardin du Luxembourg 2011
Création P. Maguin

Georges Brassens

Yves Le Cunuder

La fête du miel au parc Georges Brassens, les 2 & 3 octobre 2010

JPEG - 492 ko
Les lauréats du concours de dessin 2010
cliché Y ; Le Cunuder

Le mercredi 29 septembre une équipe désormais bien rodée entamait les préparatifs car le lendemain nous devions recevoir les élèves de quatre classes du XVe arrondissement. Pour des raisons techniques il ne nous fut pas possible d’utiliser notre lieu d’accueil habituel pour présenter notre exposition. La Direction des Parcs et Jardins n’hésita pas à mettre rapidement à notre disposition une salle et les élèves purent donc être reçus dans les meilleures conditions, en visitant bien entendu dans la foulée le rucher sous la conduite des animateurs.

Le vendredi 1er octobre nous reçûmes quatre autres classes dont une de « bretonnants »venus voir les « gwenan » (les abeilles) et accueillis en breton au grand étonnement de l’institutrice !

Le samedi 2 octobre débuta par la vente du miel. Comme l’an passé, en deux heures, la totalité de la récolte fut vendue ! Bien qu’il soit reconnu que les butineuses de Paris ne chôment pas, il devient difficile de contenter tout le monde.

A 10 h 30 nous avons accueilli les élèves lauréats du concours de l’affiche. En utilisant les six meilleurs dessins, Patrick Maguin avait réalisé une belle affiche qui annonçait la fête du miel et qui fut distribuée dans le quartier. Après le discours de bienvenue du Président Gilles Boddaert, les élèves reçurent sous les applaudissements, leur affiche et un pot de miel offert par Claude Richard le conservateur du rucher. Cette petite cérémonie se termina par une photo souvenir devant les ruches.

Ce jour-là se déroulait aussi la fête des vendanges et vers 16 heures, alors que les visiteurs affluaient au rucher, le maire du XVe arrondissement nous rendit visite accompagné d’une délégation et de deux accordéonistes jouant des vieux airs de Paris.

Le dimanche, les locaux de l’association des Amis du Parc Georges Brassens exceptionnellement ouverts, permirent de faire déguster les miels des apiculteurs travaillant sur le site.

Cette fête du miel 2010 se termina par un hydromel offert à toute l’équipe par Claude Richard qui quitte avec regret sa fonction de conservateur pour une nouvelle retraite plus paisible.

Je profite de ces lignes pour dire combien j’ai apprécié de travailler pendant treize ans avec Claude et une solide équipe. Pendant ces années ce sont de nombreuses heures d’hiver passées à préparer le matériel, puis dans la saison des tonnes de miel récoltées, des dizaines de reines élevées, marquées, remplacées, des dizaines d’essaims ramassés, souvent en présence des élèves et le tout émaillé d’une foule d’anecdotes dont je ne mentionnerai que l’une des dernières. Le matin du 31 mai dernier Claude me téléphona de l’Essonne en me disant que les jardiniers du Parc Georges Brassens lui avaient signalé un essaim très haut placé sur un platane. Un quart d’heure après à 9 h 30 j’étais au rucher. Philippe Prat ne commençait son cours qu’à 10 heures. Nous prîmes le matériel et Monsieur Crespin, le responsable du Parc nous prêta une grande échelle double. Avec la perche télescopique du cueille-essaim, déployée au maximum, la grappe d’abeilles fut recueillie et versée sur une toile devant la ruche. Nous vîmes passer la reine qui trottinait allégrement vers l’entrée. L’opération terminée, je téléphonai à Claude en lui précisant que la reine que nous avions aperçue portait une marque verte. Il me répondit aussitôt : « C’est donc la ruche n° 17 placée près de la fenêtre du local qui a essaimé. » Vérification faite c’était exact ! Chapeau (d’apiculteur…)

Ne manquer pas notre prochaine fête du miel à Brassens, les 8 et 9 octobre 2011.

PDF - 5.6 Mo
Affiche Fête du miel à Georges Brassens
Création P. Maguin

Radio France

Inaugutarion de l’installation de 5 ruches au pied de la Maison de Radio France le 27 juin 2011

Radio France a décidé de soutenir l’initiative de l’Association Apicole de Radio France (AARF), qui inaugurera lundi 27 juin à 17h son rucher. A cette occasion,les adhérents de l’association présenteront leur travail d’installation des cinq ruchessituées dans le futur jardin de la Maison de Radio France.

Cette installation correspond à la sensibilisation croissante des citadins à l’environnement et aux cycles naturels des abeilles. Les grandes villes sont effectivement devenues d’excellents territoires de butinage.
Géré par les membres de l’association, ce rucher a été l’une des premières initiativesproposée par l’AARF à la direction de Radio France. Il bénéficiera de l’expertisetechnique et pédagogique de la Société Centrale d’Apiculture qui dirige un rucher école au Jardin du Luxembourg à Paris et dont l’autorité en matière apicole est internationalement reconnue.
L’apprentissage pratique de la conduite d’un rucher par les salariés qui le souhaitent, la production de miel et la sensibilisation des personnels et des riverains au rôle irremplaçable des abeilles comptent parmi les buts de l’association qui espère une récolte de 250 kg de miel par an.
L’AARF, fondée en novembre 2010, compte aujourd’hui plus de 50 adhérents, salariés de Radio France à Paris, apiculteurs amateurs actifs ou en devenir.

PDF - 93.2 ko
Inauguration 5 ruches à Radio France


Société Centrale d'Apiculture - Réalisation et conception Polygoon Design © 2008

Dernière mise à jour du site : lundi 18 septembre 2017

À propos de ce site - Sauf mention contraire, le contenu de ce site est sous contrat Creative Commons :
Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification