Société Centrale d’Apiculture

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

La Société Centrale d’Apiculture (S.C.A.) a été créée il y a plus de 150 ans pour contribuer à la survie de l’Abeille, en luttant contre les pratiques apicoles ancestrales (étouffage) qui conduisaient pratiquement à détruire les colonies fortes et donc à favoriser la pérennité des souches génétiquement les plus faibles.

Reconnue d’utilité publique en Mars 1900, la S.C.A. a fortement contribué à l’interdiction de ces pratiques au début du XXe siècle.

Organisatrice de plusieurs expositions et congrès, elle est à l’origine de la création de nombreux groupements apicoles.

La S.C.A. qui s’est donné pour objectif la diffusion des connaissances scientifiques et leur vulgarisation, n’a jamais cessé sa mission de formation des adultes au Rucher École du Jardin du Luxembourg et plus récemment, des enfants au Rucher Pédagogique du Parc Georges Brassens.

Depuis plusieurs dizaines d’années, l’Abeille est menacée par les pesticides abondamment utilisés en agriculture intensive, et aujourd’hui par l’introduction dans notre environnement des plantes génétiquement modifiées (O.G.M.) dont les conséquences pourraient se révéler catastrophiques pour les insectes pollinisateurs et par voie de conséquence pour l’Homme.

La reconnaissance du rôle essentiel de l’Abeille dans les écosystèmes et dans la préservation des équilibres naturels est désormais au cœur des préoccupations de notre association.

Pollinisatrice et sentinelle de l’environnement, l’abeille est en danger. Protégeons-la !

en savoir plus…
abeilleProtégez-moi!
Accueil enfumoir L’Association enfumoir Une étude révèle les secrets de fabrication des apiculteurs étrusques
Diminuer la police Revenir à la taille par défaut Augmenter la police

Une étude révèle les secrets de fabrication des apiculteurs étrusques

Les analyses sophistiquées de vestiges archéologiques rares révèlent, entre autres, que les apiculteurs étrusques faisaient butiner leurs abeilles en bateau.


En 1878, un industriel en miel de Chicago a une brillante idée. Les abeilles, raisonne-t-il, ne travaillent qu’une petite partie de l’année, principalement au printemps, lorsque les plantes sont en fleur. Or sur l’immense territoire américain, la saison n’a pas lieu partout aux mêmes dates. L’industriel se propose donc de faire suivre à ces insectes l’avancée du printemps vers le nord, de façon à ce qu’ils butinent beaucoup plus longtemps et produisent une plus grande quantité de miel. Confiant en son inspiration, il achète un bateau à vapeur, des colonies d’abeilles, des ruches, des barges pour les entreposer, et engage un équipage. La suite ici [http://archeo.blog.lemonde.fr/2017/…]



Société Centrale d'Apiculture - Réalisation et conception Polygoon Design © 2008

Dernière mise à jour du site : vendredi 13 octobre 2017

À propos de ce site - Sauf mention contraire, le contenu de ce site est sous contrat Creative Commons :
Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification